Bianca Anders

Directrice d’une clinique Celenus en Allemagne (une marque du groupe ORPEA)

En 2016, mon programme de stage s’est terminé plus tôt que prévu et on m’a proposé le poste d’assistante du directeur de la clinique de la Celenus Teufelsbad Fachklinik avec son centre de sport et de réhabilitation intégré. C’était un grand pas en avant. Bien sûr, on est jeté dans le grand bain, mais la courbe d’apprentissage a été énorme.

En juillet 2017, j’ai repris la direction de la clinique Celenus Algos Fachklinik. Les compétences que j’avais acquises dans mon précédent poste m’ont donné confiance et j’ai pu, en tant que directrice de l’établissement, travailler au développement et au positionnement stratégique de la clinique.

En septembre 2019, je me suis vue confier la gestion de la clinique Celenus Klinik an der Salza et de son centre de santé associé Salza Vita.

Un grand défi pour moi en termes de temps et de gestion organisationnelle : prendre en charge un nouvel emplacement, apprendre à connaître les structures, les processus, les employés, identifier et traiter les situations problématiques, tout en continuant à bien gérer la Celenus Algos Fachklinik. Après peu de temps, les choses se sont mises en place, ce que, bien sûr, je dois aussi à mes formidables équipes.

Quel soutien avez-vous reçu de Celenus pour construire votre carrière ?

Grâce aux différents lieux où j’ai travaillé, j’ai pu me constituer un large répertoire d’expériences et de savoir-faire que je ne saurais assez apprécier pour mes activités actuelles et futures. En outre, le siège de la société a toujours été là pour me soutenir. Lorsque j’étais assistante du directeur de la clinique de Blankenburg, le responsable de notre unité commerciale pour l’Allemagne centrale, a pratiquement pris le relais de mon mentorat. Aujourd’hui encore, nous entretenons de très bonnes relations de travail dont je peux également profiter dans les autres cliniques.

Le Groupe organise aussi des conférences de gestion annuelles qui permettent d’échanger des idées avec nos pairs et de bénéficier de toutes les informations et nouveautés pour mieux travailler.

Avez-vous rencontré des difficultés au cours de votre carrière dans le Groupe et quels sont les défis auxquels vous êtes actuellement confrontés ?

Ma plus grande ambition et en même temps mon plus grand objectif, est d’être un bon leader. Chaque nouvelle expérience me rapproche de mon but et je me concentre intensément sur ce que signifie pour moi un bon leadership. De mon point de vue, cela comprend les compétences de gestion, la prise de responsabilités, mais surtout la meilleure intégration possible des collaborateurs : leur motivation, l’aspiration de votre équipe pour les changements et les innovations ainsi que la promotion de la participation sont des sujets complexes qui ne sont pas toujours faciles à réaliser. Il faut souvent beaucoup de créativité et de persévérance.

À l’heure actuelle, la crise du Coronavirus en particulier représente un énorme défi pour nous tous. Le traitement des patients dans des conditions de pandémie, le respect des réglementations politiques, le chômage partiel, l’adaptation constante des règles d’hygiène et des contrôles de conformité, les épidémies dans la clinique, nous ont parfois obligés à réorganiser quotidiennement les mesures dans la routine quotidienne de la clinique afin de faire le mieux possible en ce qui concerne le bien-être des patients et la santé et la sécurité des patients et des employés. Cela a nécessité une toute nouvelle méthode de travail, de la flexibilité, un esprit d’équipe et de la confiance.

L’égalité des droits entre les hommes et les femmes est devenue un sujet d’intérêt public de plus en plus important ces dernières années. Néanmoins, les femmes se heurtent encore souvent au plafond de verre.

Qu’est-ce que cela fait d’être une femme dans un poste à forte prédominance masculine ? Quels avantages ou inconvénients avez-vous rencontrés ?

Pour moi, ce n’est pas un problème. Mais je ne suis pas non plus très sensible au genre à cet égard. Il est important pour moi d’être acceptée et appréciée en tant que personne et que mes performances soient également reconnues.

Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai eu des avantages ou des inconvénients, parce que je suis une femme. Je pense que cela dépend de votre personnalité et de la façon dont vous rencontrez les autres.  Bien sûr, j’ai rencontré des gens qui m’ont fait sentir que j’étais étiquetée comme une jeune femme blonde, mais cela m’a motivée encore plus à être convaincante sur le plan professionnel !

Vous êtes-vous engagée à aider les femmes qui veulent suivre un chemin similaire au vôtre ?

Pour moi, la personne est au premier plan et non son sexe. C’est ce que je voulais pour mon stage et c’est ce que j’ai vécu la plupart du temps.

Je donne aux stagiaires et aux étudiants en licence dont je supervise les projets ou leurs phases pratiques, un aperçu complet de ce qui se passe dans la clinique. Il est important pour moi de rendre les structures et les processus transparents et d’accompagner les futurs cadres potentiels sur leur chemin, d’élargir leurs compétences, de mettre en œuvre des projets sous leur propre responsabilité, de les orienter.

Quels conseils avez-vous pour les (jeunes) femmes qui veulent suivre le même parcours que vous ?

À mes yeux, il est vraiment important d’être très flexible. Vous pouvez assumer des responsabilités dans le cadre de projets, échanger des idées et recevoir un retour d’information constructif dans un “espace protégé”. Comme Celenus gère des cliniques dans toute l’Allemagne, les stagiaires reçoivent des missions variables. C’est précisément cette diversité qui offre la possibilité d’acquérir une grande expérience.

À mon avis, il est particulièrement important d’être authentique. Il n’y a pas de solution unique. J’ai toujours valorisé l’empathie, l’appréciation et la sensibilité, également en termes de relations interpersonnelles, ainsi que la poursuite d’objectifs clairs. Cela s’est avéré être une bonne approche sur mon chemin jusqu’à présent.

Comment voyez-vous l’évolution de la société en ce qui concerne les droits des femmes ?

L’égalité des droits entre les hommes et les femmes est devenue un sujet d’intérêt public de plus en plus important ces dernières années. La loi sur la transparence des salaires et la loi sur la participation égale des femmes et des hommes aux postes de direction y contribuent. Néanmoins, les femmes se heurtent encore souvent au plafond de verre.

Indépendamment du cadre politique, l’égalité des droits doit être vécue dans la société et dans les entreprises. D’une part, les entreprises doivent s’engager à favoriser les perspectives de carrière et à offrir des opportunités. D’autre part, les femmes doivent être stratégiques dans leur planification de carrière.

Je pense aussi qu’il est bon que les modèles traditionnels soient de plus en plus bousculés. Par exemple, de plus en plus d’hommes prennent un congé parental ; les charges de la famille, du foyer et de la carrière ne sont plus strictement attribués en fonction du sexe.

D’autre part, l’assurance et la domination sont souvent assimilées à la compétence dans la société. Il s’agit cependant d’une idée fausse. Habituellement, les femmes se comportent différemment des hommes et elles dirigent différemment des hommes – mais différent peut aussi signifier meilleur. L’hétérogénéité et la diversité optimisent souvent l’innovation. Dans tous les cas, les performances devraient être récompensées de la même manière.

Nous, les femmes, devrions être plus sûres de nous et ne pas nous cacher – il n’y a aucune raison à cela !

Si nous pouvions regarder vers l’avenir : à quoi pensez-vous que le monde de demain ressemblera pour les petites filles ?

J’aimerais beaucoup que ces petites filles trouvent des portes ouvertes pour tout ce qu’elles veulent réaliser. Que dans leur éducation, leur choix de passe-temps, et aussi à un moment donné dans leur choix de carrière, elles ne soient pas forcées de jouer un rôle, mais qu’elles puissent s’épanouir et soient traitées de manière égale.